L’équipe artistique

LUCIE DORIO

lucie-dorio-theatreDepuis 1992 Lucie Dorio n’a cessé de faire du théâtre. Elle commence d’abord dans «les ateliers théâtre» de l’ancienne mairie de Nouméa avec Isabelle De Haas, puis plus tard avec la troupe des étudiants de l’université de magenta «Les Strapontins», à l’époque sous la direction de Marie-Eve Delatte. Elle décide enfin de consacrer sa carrière au théâtre et part en 2003 en métropole suivre une formation privée, «Actor’Sud» à Marseille. En 2008, de retour en Nouvelle-Calédonie, elle intègre la compagnie Calédo-folies Les Incompressibles dans laquelle elle jouera de nombreuses pièces, notamment « Le Barbier de Séville », « Le Petit Prince » et « On peut toujours espérer ». Parallèlement, elle est engagée ponctuellement par d’autres compagnies locales comme la compagnie Nez à Nez dans «Le syndrome de l’autruche», «Maître ou valet» et «Chico et Pépita». En 2012, désireuse de parfaire sa formation de comédienne et d’explorer la voie de la mise en scène, elle s’installe à Paris pour y suivre un cursus de deux ans à l’école internationale de théâtre Jacques Lecoq, l’amenant à s’initier à diverses techniques théâtrales, dont le jeu masqué et le clown. Elle anime également depuis début 2009 plusieurs ateliers théâtre pour les enfants, adolescents et adultes, et intervient en milieu scolaire.

STEPHANE PIOCHAUD

S’initie dans « Les ateliers théâtre » de l’ancienne mairie de Nouméa avec Jean-François Gascard en 1992. En 1998 il est co-fondateur de la compagnie Les Incompressibles. Puis en 2002, après six ans de pratique au sein des Ateliers Théâtre de la Ville de Nouméa, suivis de quatre ans d’expériences professionnelles diverses et déterminantes, il suit une formation au Conservatoire d’Art Dramatique d’Avignon, sous la direction de Pascal Papini. De retour en Nouvelle-Calédonie, il joue régulièrement sur les scènes du Théâtre de Poche, du Théâtre de l’Ile, du Centre Culturel Tjibaou, et des Centres Culturels de la Grande Terre et des Iles. Il tourne également en France avec Les Champs de la Terre de Pierre Gope. Son dernier rôle en date est Montserrat dans la pièce éponyme d’E. Roblès représentée au Théâtre de l’Ile en octobre 2013. Il signe par ailleurs quelques mises en scène, dont les Comédies Broussardes d’Ismet Kurtovitch, et intervient comme directeur d’acteur, notamment dans le cadre des créations de l’Ecole de Cirque de N-C. Parallèlement, il mène une réflexion et une activité pédagogique en animant des stages et des ateliers en direction des milieux scolaires, institutionnels et privés. Souhaitant approfondir la question de la transmission et de la pédagogie, il obtient en 2013 la Licence Professionnelle – Encadrement d’ateliers de pratiques théâtrales – à l’Institut d’Etudes Théâtrales de la Sorbonne Nouvelle – Paris III, et suit actuellement une première année de Master Recherche sur la problématique de la l’objet-marionnette dans la formation de l’acteur.

JEAN PAUL SMADJA

Jean-Paul-Smadja-La-Vie-Sinon-Rien-noumea-1Depuis 1968, Jean-Paul Smadja baigne dans le monde du Théâtre. D’abord au Maroc, puis en métropole et enfin en Nouvelle-Calédonie. Il a suivi plusieurs stages avec des professionnels avant de se lancer dans l’aventure en tant que professionnel. En Nouvelle-Calédonie il est à l’origine du Théâtre de l’Heure. En 1998, il travaille avec Isabelle de Haas, il joue le rôle du commandant Cousteau dans «Traversées». En 2003, il rejoint la compagnie Nez à Nez, pour «Les Fourberies de Scapin». Depuis 2004, il participe à toutes les créations de la compagnie Les incompressibles, comme acteur ou metteur en scène. Vous avez pu le voir dans «La Baignoire», «Frangins», «On peut toujours espérer» de Hanokh Levin, «Combat de nègre et de chiens» de Bernard-Marie Koltès, «Les Comédies Broussardes» d’Ismet Kurtovitch, «Euphoric Poubelle», «Les Petites Comédies Rurales». Vous avez également pu le remarquer à la télévision puisque depuis la première édition de Foudre, il joue le rôle de Monsieur Watson. Il tourne régulièrement dans des court métrages.